Non classé

Bienvenue!

Norvège

Hei! Je m’appelle Séverine, je suis étudiante en troisième année de licence en Langues Étrangères Appliquées Anglais/Russe à l’Université Clermont Auvergne et je vais partir vivre 6 mois en Norvège, plus précisément à Halden, à partir du 30 décembre 2018.

A travers ce blog, vous allez retrouver des articles sur ma vie quotidienne norvégienne, mes voyages, mes impressions, des informations sur le pays en lui-même et des conseils pour les futurs étudiants d’échange.

J’espère que cela vous donnera envie de découvrir ce pays!

Drapeau norvégien
Promoted Post

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Non classé

Ce que ce semestre m’a apporté

Avant de partir, je ne voulais pas m’imaginer ce qu’allait être mon échange, à la fois pour ne pas être déçu et ne pas espérer des choses qui ne pourront pas se réaliser. Je n’aurais jamais pu m’imaginer (même dans les meilleurs scénarios) que mon semestre pourrait être une telle réussite. En plus d’avoir pu rencontrer des personnes incroyables, j’ai pu me trouver un peu plus et m’épanouir dans ce que je faisais.

J’ai

•  pris des risques alors que j’avais peur, j’appréhendais, mais j’ai tout de même fait ce qui me faisait peur. Et vous savez quoi ? J’étais tellement heureusement de l’avoir fait finalement ! Avant, je n’aurais jamais pris un risque, comme partir à l’aventure sans planifier tout dans le moindre détails ou sauter dans le vide dans une attraction.

confronté mes idées et opinions avec d’autres personnes, tout en gardant à l’esprit ma vision et en essayant de comprendre la leur. Puis, j’ai finalement compris que prendre le temps d’exposer mon point de vue et d’avoir en retour celui de quelqu’un n’est pas une forme de combat, mais cela permet de ressortir de la conversation plus ouvert et plus conscient du monde.

gagné confiance en moi. Partir sans repère m’a obligé à prendre sur moi, à sortir de ma zone de confort et d’affronter le monde extérieur comme il venait. Bien que je pense que ce point doit être travaillé toute une vie, je suis heureusement d’avoir pu m’en rendre compte entre la moi avant le semestre et celle d’aujourd’hui.

compris que les échecs ne voulaient pas forcément dire une mauvaise chose. Avant, une critique ou une mauvaise opinion m’aurait fait repensé tout ce en quoi je croyais. Maintenant, j’arrive à avoir du recul, comprendre pourquoi une personne peut dire/penser cela et lui demander de développer afin de m’améliorer.

Ce voyage m’a appris bien plus (les langues, l’amitié…) mais je pense que la liste serait bien trop longue si je devais tout lister. Voilà pour mon semestre en Norvège, j’espère que vous avez aimé suivre ce blog et qu’il sera utile aux futurs étudiants d’échange à Halden!

N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations!

Non classé

Repartir à sa vie française

Une page se tourne.

Mon semestre s’achève déjà. Les aurevoirs à Halden ont été très difficiles avec quelques larmes des deux côtés. Je sais pourtant que je resterais en contact avec toutes ces personnes géniales que j’ai rencontré ici. Mon stage en Angleterre m’a forcé à partir plus tôt. En effet, je pars en Angleterre (à Orpington) pour mon stage de L3 à partir de début juin, et souhaitant passer quelques moments avec ma famille et mes proches avant cet été, j’ai dû faire des sacrifices…

Il est très difficile de résumer un tel semestre, mais le bilan en lui-même est facile à faire. Cette mobilité en Norvège a été l’un des meilleurs séjours que j’ai fait. J’ai énormément apprécié le pays, ses habitants, sa culture et le système norvégien. Ces différences m’ont permis d’avoir une autre vision de mon propre pays et je sais déjà que je reviendrais en Norvège.
Pendant ce semestre, j’ai dû faire mes demandes de Master pour l’année universitaire suivante. Être loin de mon petit chez moi m’a permis de réaliser ce que je souhaitais vraiment faire, une prise de conscience. C’est en perdant tous ces repères que l’on arrive à se découvrir le mieux. Grâce à ce semestre, j’ai pu apprendre de nouvelles choses sur moi-même et gagner de la confiance.
Cependant, ce séjour n’est pas rose à tous les niveaux. Il faut bien prendre conscience que peu importe l’âge, il peut y avoir des moments plus difficiles que d’autres. Pourtant, en faisant le bilan, ce ne sont pas ces moments qui restent, ce sont les moments de joie, d’amusement et de découverte qui viennent me viennent en premier.

Le retour à ma vie française n’est pas aussi difficile que je le pensais. Sûrement car je sais que je repars bientôt pour de nouvelles aventures, mais aussi car à travers mes amis toujours à Halden, j’ai toujours un peu l’impression d’y être et de continuer à vivre mon échange!

Non classé

Direction Copenhague

Grâce à l’université et à quelques étudiants, nous avons pu faire une croisière pour Copenhague pour seulement 10€ ! On est parti vers 16h d’Oslo et nous sommes arrivé le lendemain matin vers 8h à Copenhague. C’était la première fois que je visitais cette ville, et malgré le froid et la pluie, j’ai beaucoup apprécié! Au niveau de l’architecture, elle me rappelle énormément l’Angleterre. Nous n’avons eu que quelques heures pour la visiter, donc je vous laisser admirer les photos !

Non classé

Direction Bergen

Bergen est la seconde ville la plus grande de Norvège, après Oslo. Alors avec Clémence, nous avons décidé de la visiter en mars. Je dois dire que c’est une ville magnifique et malgré ce que tous le monde m’a dit. Il a fait un très beau et entre 15°c et 20°c, parfait pour faire de la randonnée!

Non classé

L’adaptation au climat

« Il fait toujours nuit et froid ! »

La Norvège est le pays le plus long d’Europe (la distance entre le nord et le sud est plus grande que la distance entre Copenhague et Rome), alors attendez-vous à trouver beaucoup de diversité. Le nord du pays sera forcément plus froid, par exemple les températures moyennes à Tromsø (ville qui se situe au nord du cercle polaire arctique) varient entre -1°c (en février) et 15°c (en juillet). Lors de mon séjour en février, nous avons pu avoir des soirs à -20°c.
Les températures au sud du pays sont beaucoup plus clémentes, en hiver il est rare de dépasser les -15°c et la neige se fait rare après mars. Le mois d’avril 2019 a même été meilleur en Norvège qu’en France !

Concernant la nuit, il est vrai qu’à mon arrivée en Norvège (fin décembre), le soleil se levait vers 9h et se couchait à 15h30, mon adaptation à ce niveau là a été assez difficile. Quand on est habitué à passer du temps dehors, les journées de 6h30 paraissent difficiles à surmonter. Les norvégiens sont bien habitués et ils trouvent toujours des activités à l’intérieur. Les jeux de sociétés occupent une bonne partie des après-midi d’hiver en Norvège. En plus d’éviter le froid, c’est très utile pour rencontrer d’autres personnes et améliorer son anglais. Les jours se sont rallongés rapidement et au mois d’avril, la journée s’étale de 5h du matin à 21h, ce qui est particulièrement agréable avec la chaleur (entre 15°c et 20°c).
Les jours se rallongent rapidement et à partir des mois d’avril/mai, la journée s’étale de 6h du matin à 21h, ce qui est particulièrement agréable avec la chaleur (parfois entre 15°c et 20°c).

Non classé

Choses à savoir

La culture norvégienne peut sembler identique à celle que nous connaissons. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une culture totalement différente, elle a ses particularités qu’il ne faut pas oublier.

La ponctualité norvégienne

Une des premières choses qui m’a frappé en arrivant est la ponctualité des norvégiens. Afin de me rendre à Halden, j’ai dû prendre un premier train de Oslo Airport à Oslo Central, puis un train de Oslo Central à Halden. Les deux trains sont parti à l’heure (et même en avance pour l’un!).
Note: la ponctualité est très respectée et appréciée ici, les norvégiens n’aiment pas être en retard, méfiez-vous si vous ne voulez pas rater un train ou un avion.

Le norvégien

Certains prénoms norvégiens sont assez difficiles à prononcer, surtout s’ils ont  la lettre « å », par exemple Håvard, Håkon… Ils ne vous en voudront pas si vous n’arrivez pas à prononcer leur prénom, ils sont habitués avec les étudiants étrangers.

Faire ses courses

La vie coûte chère en Norvège, et l’avantage d’Halden est que la frontière suèdoise est très proche (environ 10min). Pour ma première journée en Norvège, j’ai pu aller en Suède avec d’autres français. Halden n’est qu’à 20 minutes d’un grand centre commercial suédois, j’ai donc pu en profiter pour aller faire quelques achats au Nordby Shoppingcenter. Essayez d’y aller en groupe en empruntant la voiture d’un buddy ou d’un norvégien. Cela est beaucoup plus pratique pour ramener ses courses jusqu’à la résidence que le bus. Si vous y allez en bus, il faut prendre le bus 111 (il coûte 8 € l’aller) et peut vous amenez directement à ce centre commercial.

Alcool

En Norvège comme en Suède, la vente d’alcool est très contrôlée. L’alcool  n’est pas disponible en supermarché, il n’est possible que d’acheter des cidres et des  bières faiblement alcoolisés (en dessous de 3%). En Norvège, il y a une plage d’horaire en semaine et en week-end, il est interdit de vendre de « l’alcool » dans les supermarchés après 18h.
Pour acheter du vin ou des alcools plus fort, les seuls magasins qui en vendent sont les Vinmonopolet. Ils appartiennent à l’Etat et ont le monopole sur la vente d’alcool. Il est également interdit aux jeunes de moins de 20 ans d’acheter de l’alcool. Ils sont très strict là-dessus. Ils vous demanderont systématiquement votre carte d’identité avant de faire passer votre article, à la fois au supermarché et au Vinmonopolet.

Téléphone et communication

Il n’est pas nécessaire de prendre un forfait différent en Norvège. En effet, avec certains opérateurs et forfait, vous pouvez téléphoner et avoir internet même à l’étranger. De plus, le réseau wifi est très bien implanté partout dans le pays. Dans les résidences étudiantes, vous aurez votre mot de passe pour le wifi le 1er jour de la semaine d’intégration, cela vous permet de vous connecter à partir de tous les bâtiments et à l’université. Pour ma part, je n’ai envoyé aucun SMS pendant mon semestre. La plupart des étrangers et norvégiens privilégient des applications pour communiquer, WhatsApp ou Facebook Messenger.

Santé

Pour partir en Norvège et être couvert au niveau du système de santé, vous devez faire une demande pour une Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM). Cette carte met plusieurs semaines à arriver, donc demandez là le plus tôt possible et vérifiez bien qu’elle soit valide jusqu’à la fin de votre séjour. L’université ne possède pas d’infirmier(ère) en permanence sur place (seulement le mercredi et vendredi). En cas de problème, vous devez aller directement en ville pour voir un médecin. Toutefois, si les frais sont supérieurs à 25€, gardez bien les reçus et l’université pourra vous rembourser.

Non classé

Les cours

Il ne faut pas oublier que partir en mobilité signifie continuer à étudier dans un autre établissement avec des méthodes d’apprentissage différentes de celles que nous connaissons.
Avant même de partir, il faut faire le choix des cours que nous souhaitons suivre. La liste des cours se trouve sur le site de l’université (https://www.hiof.no/english/studies/courses/oss/). La somme totale des cours doit être de 27 crédits pour valider le semestre. Pour ma part, avec les 3 cours que j’ai eu, cela m’a fait un total de 30 crédits.

Après en avoir discuté avec ma responsable de zone, j’ai décidé de prendre Media Studies, Intercultural Communication et Norwegian I. Mais peu après mon arrivée, la responsable des étudiants internationaux d’Halden m’a signalé que le cours de norvégien n’était disponible qu’à partir du niveau II, ce qui correspond à avoir fait un semestre entier de norvégien avant. Ne me voyant pas commencer le cours avec 0 base de norvégien, j’ai donc décidé de prendre un autre cours. J’en ai discuté avec ma responsable française, qui a accepté de remplacer mon cours de norvégien par Meeting Among Cultures I. Ne paniquez pas si vous devez changer de cours, c’est très courant! Veillez à bien respecter les dates et à renvoyer à toutes les personnes concernées une fois le changement du Learning Agreement effectué. Pour faire une modification, vous devez remplacer le cours que vous abandonnez pour le cours que vous choisissez dans la partie « Durant la mobilité ».

Les différences d’enseignement avec le système français

Avec ces 3 cours, j’avais donc 7h de cours par semaine, ce qui fait très peu comparé à mes semaines de 27h en France. Vous avez donc beaucoup de temps libre pour voyager, rencontrer des gens, faire du sport et des activités avec les autres étudiants. Ne restez pas enfermé à l’intérieur sous prétexte qu’il fait froid/neige.

Malgré le peu d’heure dans l’emploi du temps, beaucoup d’étudiants ne viennent pas en cours (étrangers et norvégiens confondus), ce qui me parait assez incroyable. La présence n’est pas obligatoire comme en France, mais les professeurs remarquent toujours qui est présent pendant le semestre. Et puis, il est toujours plus facile de réviser pour les examens si on a assisté au cours qu’on a pris des notes.

Pendant les heures de cours (surtout celles de TD), les professeures veulent que les étudiants participent un maximum. Dans mon cours de communication interculturelle, notre professeure n’hésitait pas à nous encourager à contredire celle qu’elle avançait. La barrière de la langue n’est pas du tout un problème, la plupart des étudiants de ce cours (et même les 2 professeures) sont étrangers ou ont une double nationalité. En Norvège, l’ambiance dans les classes est très différente de celle en France. Les étudiants ont tendance à se soutenir, personne ne critiquera quelqu’un à cause de son accent ou de sa façon de parler. Donc ne soyez pas timide et participez, cela vous permettra de vous sentir plus intégré dans le système norvégien.

Les relations avec les professeurs sont beaucoup plus détendues qu’en France, il est très courant d’appeler son professeur par son prénom et vice versa. Les professeurs d’ HiØ ont l’habitude de recevoir des étudiants étrangers, ils sont très ouverts et vous invitent à venir les voir si vous n’avez pas compris le cours.

Une des premières choses qui m’a interpellé en étudiant en Norvège est que les étudiants n’ont pas de « devoir ». Certes, il y a des lectures obligatoires pour chaque semaine, mais ils n’ont pas la même notion d’exercice (du moins pour les cours que j’ai suivi). De plus, si vous échouez à l’examen final (les notes vont de A à F, sachant que F = Fail), vous pouvez repasser l’examen ou demander une autre correction.

En Norvège, les professeurs attendent beaucoup d’autonomie. Les étudiants doivent pouvoir gérer eux-mêmes leurs temps de travail. Le fait de ne pas avoir d’exercice à faire ou à rendre pour chaque cours est à la fois un challenge, on doit pouvoir être assez mature pour comprendre que personne ne nous poussera à étudier. Je trouve cette méthode d’apprentissage beaucoup plus adapté à l’université. En effet, je pense que le monde du travail est plus semblable au système norvégien, donc les étudiants norvégiens ont un avantage en sortant de l’école, que nous français, n’avons pas.

Media Studies

Crédits ECTS : 10
Langue d’enseignement : Anglais
Professeure : Elin Strand Larsen
Nombre d’heures de cours : 4h par semaine en une fois (avec des pauses toutes les heures)

Plan du cours :
• Media Events
• The History of News
• Media Scandals
• Global media
• Feminist Teen Television
• Reality TV
• Video Games
• Media Ethics
• Freedom of Media in Georgia

Livres : Michael, Schudson. The Sociology of News 2nd edition. W. W. Norton & Company, 2011 (disponible en quelques exemplaires à la bibliothèque ou à acheter à la librairie, 25€). Les autres livres nécessaires sont disponibles à la bibliothèque, en ligne sur le site Canvas ou sur le groupe de la résidence universitaire Remmen.

Examens : L’examen se compose de deux parties. Pendant le semestre, il y a un midterm. On doit faire l’analyse médiatique d’un événement, couvert par les médias de différents pays. Ce papier se fait par groupe de 3-4. Les groupes sont formés par les étudiants, rien n’est imposé. Le sujet du cas est donné par le professeure, cette année, le thème était le vote parlementaire sur le Brexit. Il faut donc mettre en application les méthodes vues en cours. Cette analyse doit faire entre 12 000 et 15 000 caractères (environ 8 pages Word). Pour pouvoir passer l’examen final, cette analyse doit être « approved ». En cas d’échec, vous avez une autre chance de réécrire ce papier pour accéder à l’examen final.
L’examen final correspond à la même chose que le midterm, c’est pour cela qu’il faut faire correctement le premier, il sert à s’entraîner. Le thème est donné seulement 3 semaines à l’avance et l’analyse doit faire environ 15 000 caractères et elle se fait de façon individuelle.

Mon avis : Ce cours est très intéressant, il nous permet de découvrir comment les médias couvre un événement et comment leur façon de le présenter va influencer notre perception de l’événement. La professeure est très gentille, elle aide énormément et présente très bien le cours. Ce n’est pas un cours difficile à suivre, il faut néanmoins bien lire les lectures obligatoires avant chaque cours. Mais n’ayant cours qu’une fois par semaine, ce n’est pas une masse de travail très importante.

• Intercultural Communication 

Crédits ECTS : 10
Langue d’enseignement : Anglais
Professeures : Jutta Eschenbach & Ekaterina Lenkova
Nombre d’heures de cours : 3h par semaine en une fois (1h de CM et 2h de TD)

Plan du cours :
• Ethnocentrism
• Concepts of Communication & Culture
• Kluckhohn and Strodtbeck’s value orientation
• Hofstede’s value dimensions
• Trompenaars’ value dimensions

Livres : Il n’est pas nécessaire d’acheter de livre. Les ouvrages demandés se trouvent à la bibliothèque ou en ligne.

Examens : Le midterm se compose de 2 parties. D’abord un exposé oral devant la classe de TD. Il se fait en groupe de 3-4 sur un thème choisi (mais le sujet doit être approuvé par avance par la professeure). L’oral doit durer 10min, peu importe le nombre d’étudiants dans le groupe. Le sujet doit être lié à la culture et on doit pouvoir utilisé des notions vues en cours. La seconde partie du midterm est un dossier à rendre. Cela peut être avec le même groupe que l’oral ou différent. Le sujet doit aussi être différent mais en gardant le lien avec la culture.

L’examen final correspond à un oral individuel devant les professeures sur les notions vues en cours. Cet oral dure 20min, avec une partie d’analyse de cas (identique à ce que l’on fait dans les cours de TD), puis des questions théoriques sur les notions.

Mon avis : La majorité des étudiants internationaux ont choisi ce cours, et je ne regrette pas du tout mon choix. C’est un cours très intéressant et qui nous permet de comprendre mieux comment appréhender notre échange. Il nous pousse à la réflexion sur ce que l’on pense et sur ce qui est « normal » dans notre culture, ne l’est peut être pas dans une autre. J’ai beaucoup appris dans ce cours. L’examen final est assez stressant, mais les professeures mettent en confiance, elles sont très gentilles et prennent le temps si on cherche nos mots.

 Meeting Among Cultures I

Crédits ECTS : 10
Langue d’enseignement : Anglais
Professeure : Monica Stensrud
Nombre d’heures de cours : aucune

Examens : Ce cours n’est pas un cours ordinaire, il n’y a pas de leçon, ni de cours à suivre. Il faut écrire un rapport d’une dizaine de page sur un sujet qui nous intéresse en rapport avec la culture. Cela peut sembler simple, mais ce n’est pas un exposé. La professeure explique bien qu’il s’agit d’une analyse, vous devez former des hypothèses et pouvoir les affirmer et non tout au long de votre rapport. Il faut donc bien se documenter tout au long du semestre et non attaquer la veille. Pour ma part, j’ai choisi le thème suivant : le tourisme internationale et si notre culture peut influencer nos attentes vis-à-vis du tourisme à l’étranger. Le sujet doit être approuvé par le professeur au milieu du semestre. Elle demande à avoir une bonne idée de comment nous souhaitons écrire le rapport, en précisant le plan et les sources que nous allons utilisé.

Mon avis : Je suis ravie d’avoir pu prendre ce cours. Certes, il n’est pas facile de se motiver à écrire un rapport, donc je conseille ce cours seulement aux étudiants qui ont un minimum d’autonomie. Pouvoir faire des recherches sur un sujet qui m’intéresse énormément (je compte m’orienter vers un master en tourisme international l’année prochaine) m’a apporté beaucoup de connaissance et cela me sera utile pour ma poursuite d’étude.

Non classé

Østfold University College

L’université

L’université Østfold se divise en 2 campus, l’un à Halden, l’autre à Fredrikstad. Au total, elle compte plus de 7 000 étudiants. Le campus d’Halden rassemble les facultés de langues étrangères, de sciences sociales, de business, d’éducation et d’informatique. A l’intérieur, il y a une cafétéria, on peut trouver des sandwichs, des salades, des snacks, cafés.. Cela est très pratique quand on ne veut pas retourner manger à l’appartement, cependant les prix sont un peu chers. On peut également jouer au billard ou au tennis de table pendant les cours ou le soir. L’université est ouverte tous les jours jusqu’à tard le soir.
La bibliothèque de l’université est ouverte du mardi au jeudi de 8h00 à 20h00 et le vendredi de 8h00 à 16h00. Il y a une zone silencieuse, ainsi que des ordinateurs à disposition. Pour pouvoir récupérer les livres nécessaires pour les cours, il faut se dépêcher, car la plupart du temps, il n’y a que quelques exemplaires disponibles. Sinon, vous pouvez aussi acheter des livres et des fournitures (cahiers, stylos, livres…) à la librairie qui est dans la cafétéria.

Le logement

Une fois que vous avez reçu votre lettre d’admission, il faut s’occuper du logement. A Halden, il existe deux résidences étudiantes, Remmen et Stadion, gérées par le SIØ (Foundation for Student Life in Østfold) (https://www.siost.hiof.no/home), ils sont très présents et à l’écoute au moindre souci dans votre logement. La responsable des étudiants internationaux (Elise Ager) vous conseillera de prendre un logement à Remmen, sur le campus de l’université. Je ne peux que soutenir Elise sur ce point. Déjà, un logement indépendant en ville sera beaucoup plus cher (les loyers en Norvège sont très élevés) et peu pratique (toutes les activités se passent à l’université et sur le campus). La résidence étudiante Stadion se situe en ville (10-15min de l’université), alors que Remmen se situe à 2min.

J’ai choisi de vivre à Remmen dans un logement à partager avec 7 autres étudiants. J’ai fait ce choix notamment après avoir lu les rapports des anciens étudiants de l’UCA. Ce logement permet d’avoir une chambre individuelle, une salle de bain à partager avec votre voisin(e) et une cuisine/un salon à partager avec le reste de la colocation. Dans la cuisine, vous avez 2 placards individuels, et vous devez partager votre frigo avec votre voisin(e). La chambre est totalement équipée. Une fois arrivée à la résidence, il y a un sac de linge (couette, drap-housse, oreiller..) dans la chambre, tout est fourni par le SiØ. Ce package coûte 450 NOK (environ 46€). Essayez de voir avec les étudiants déjà sur place en arrivant s’ils ont récupéré les affaires des étudiants déjà parti, cela vous fera économiser de l’argent. Si vous n’utilisez pas le package, un seul mail au SiØ et ils viendront le rechercher. Sinon, le prix sera ajouté lors du paiement du 1er loyer. Les étudiants récupèrent également d’autres affaires que les anciens étudiants laissent sur place (serviettes, produits pour la cuisine…), n’hésitez donc pas à leur demander s’ils vous manquent quelques choses.
Je ne regrette pas la décision de vivre en colocation, mes colocataires étaient tous norvégiens, et nous avons pu beaucoup échanger. Certains de mes amis vivaient dans des colocations de 16, bien que cela peut sembler beaucoup, je n’ai eu que des retours positifs sur ce type de colocation. Ce choix dépend ensuite de comment vous souhaitez vivre votre échange.

Néanmoins, je ne vous recommande pas de choisir une chambre seule. Les colocations permettent de rencontrer du monde et cela évite de se sentir seul, surtout au début du semestre.

Remarque :
• Depuis mars 2019, les machines à laver et les sèche-linges sont payants, 15NOK (1,5€) pour les machines à laver et 5NOK (0,50€) pour les sèche-linges. La carte pour activer la machine doit être récupérée au bureau du SIØ, dans l’université.
• Pour rentrer dans les résidences/couloirs/chambres, il faut votre carte étudiante. Donc garder la en permanence sur vous.
• Chaque mardi, il y a un « cleaning check », le gardien viendra vérifier l’état des parties communes de l’appartement (cuisine, salon et salles de bain). Si le ménage n’est pas approuvé, vous avez une autre chance le lendemain. Cependant, si l’appartement n’est toujours pas rangé, vous devrez payer une amende.
• Une caution est demandée avant votre arrivée de 8 460NOK (soit 861,46€), elle vous sera rendue à la fin du semestre si le ménage pendant votre check-out a été approuvé (ils sont très stricts sur le ménage).
• Même si vous partez avant, vous devez tout de même payer le loyer jusqu’à fin juin.

Activités

 Halden Student Community (HSS)
HSS est l’association étudiante d’HiØ (Høgskolen i Østfold). Les membres organisent des soirées quiz toutes les deux semaines environ et l’ambiance est toujours conviviale! Et surtout les 3 équipes gagnantes remportent des prix (snacks, boissons…). Ces quiz se déroulent le mercredi soir dans l’Aud6 (la cafétéria), pendant environ 2h. Le thème de chaque quiz dépend des quiz masters, les étudiants peuvent se proposer d’être quiz master et donc de créer le quiz de la semaine.
Cette association organise également les soirées étudiantes, Neon Party, Bad Taste Party et surtout XRUSS , la soirée la plus importante du semestre. Le tarif pour ces soirées est de 100NOK (10€).
Si vous aimez participer à l’organisation d’événements, vous pouvez devenir membre de l’association en prenant contact avec eux.
Vous pouvez les trouver sur facebook avec le nom « Halden Studentsamfund ».

 Les clubs
Je vous conseille de participer à un club, cela vous permettra à la fois de sortir et de ne pas vous ennuyer et surtout de faire connaissance avec d’autres étudiants. Il existe toutes sortes de club (football, volley, natation, jeux de sociétés). Pendant le semaine d’intégration, une journée sera consacrée à la présentation des différents clubs, n’hésitez pas à y aller pour avoir des renseignements.

 Le campus
Même en restant sur le campus, il y assez d’activité pour ne pas s’ennuyer! Une salle de sport est ouverte tous les jours. Pour avoir une carte, il faut se rendre à l’accueil de l’université et le prix est de 500NOK (50€) pour le semestre entier. De nombreuses machines sont à dispositions et généralement peu d’étudiants y vont en même temps (sauf le soir vers 20h, où la salle est bien occupée).

La piscine est également disponible gratuitement pour les étudiants certains jours de semaine pendant quelques heures. Vous pouvez profiter du sauna qui est à l’intérieur. Il suffit de demander la carte à l’accueil de l’université avant de s’y rendre.

 Le bureau des étudiants internationaux
Le bureau des étudiants internationaux organisent beaucoup d’activité. Nous avons eu une sortie d’une journée au ski, une soirée au bowling, une journée dans une parc d’accrobranche, avec seulement une participation de 150NOK (15€).

Non classé

Documents et préparatifs

Les démarches administratives sont nombreuses et prennent du temps, il faut donc les faire le plus tôt possible et bien respecter les dates limites.

Test TOEIC

Comme indiqué dans l’article Les démarches, certains pays (dont la Norvège) nécessitent de passer le TOEIC et d’avoir un score minimum de 800 points. L’Université Clermont-Auvergne organise une session en décembre (moins cher qu’en institut, 60€), mais il est préférable de le passer avant dans un organisme certifié si vous avez peur de ne pas avoir le score nécessaire la première fois.
À Clermont-Ferrand, Bonjour World (anciennement l’Institut de langues ILS) et Wall Street English vous permettent de prendre des cours et de passer le test.
L’UCA vous permet aussi de vous entraîner grâce à un cours organisé par un professeur tout au long du semestre 3.
Le test dure 2h30 et il se fait sous forme d’un QCM papier avec une centaine de questions. Il se compose de 3 parties.

Dossier MoveOn

La première étape administrative est le dossier MoveOn en juin. Il s’agit d’une plateforme en ligne gérée par le service des Relations Internationales, il permet de savoir à quelles aides financières vous pouvez avoir droit pendant votre semestre à l’étranger. Il est donc très important de le remplir correctement. Les informations demandées sont :
• le pays et le nom de l’université d’accueil,
• les dates de mobilités prévues. Ces dates correspondent au 1er jour de cours jusqu’au dernier jour d’examen. Elles sont généralement affichées sur le site de l’université d’accueil (
https://www.hiof.no/english/studies/about/academic-calendar/), mais elles peuvent être modifiées si elles ne correspondent finalement pas aux dates du semestre,
• les contacts en cas d’urgence,
• si vous souhaitez postuler à des bourses (la bourse ERASMUS + Études, la bourse AMI-CROUS (ou MEN), la bourse de la région AUvergne Rhône Alpes, la bourse de la ville de Clermont-Ferrand.),
• les informations si vous postulez pour la Bourse AMI-CROUS (ou MEN) (seulement pour les étudiants boursiers sur critères sociaux).

A cette étape, plusieurs documents sont nécessaires :
• la notification d’attribution conditionnelle ou définitive du CROUS,
• une pièce d’identité,
• la fiche missionnaire étudiant (à télécharger sur la plateforme),
• le certificat provisoire de remplacement de la CEAM.
Il est également obligatoire de s’inscrire sur le portail ARIANE du Ministère des Affaires Etrangères.

Une fois ce dossier fini, il sera envoyé à votre université en France, et ce sont eux qui s’occupent de la suite.

Bourses

Partir à l’étranger coûte cher et heureusement, vous pouvez bénéficier de plusieurs bourses, cela dépend de votre statut étudiant. Toutes les informations avec les dates butoirs sont envoyées par mail (et cela même pendant les vacances d’été), donc veillez à bien consulter votre messagerie et à bien répondre à temps. Il en existe plusieurs, l’avantage est qu’elles sont cumulables.

La Bourse AMI-CROUS (ou MEN)
Il est possible de bénéficier de cette bourse si vous êtes boursier sur critères sociaux avec le CROUS. La demande est faite directement grâce au formulaire sur la plateforme MoveOn. Elle permet de recevoir une bourse de 800€ (perçue au début du semestre).
En mobilité, vous percevez toujours votre bourse CROUS tous les mois.

La Bourse de la région Auvergne Rhône-Alpes (AURA)
Tous les étudiants en mobilité à l’étranger peuvent bénéficier de cette bourse. Il suffit de faire sa demande sur le site http://www.boursesmobilite.ESRI.auvergnerhonealpes.fr. Les identifiants vous seront transmis par le service des Relations Internationales lorsque le portail sera ouvert. Pour cette bourse, ils demandent des informations sur votre formation actuelle, la formation que vous allez suivre dans votre pays d’accueil, une lettre de motivation faisant référence à la bourse, un CV et un RIB.
Le montant varie en fonction de la durée de votre mobilité. Si vous êtes boursier, vous pouvez bénéficier d’une aide forfaitaire complémentaire.  La somme est versée en deux versements, le premier après avoir envoyé le certificat de présence complété par votre responsable de l’université d’accueil. Ce versement correspond à 75% de la bourse. Le second versement est fait après avoir envoyé le certificat de fin de séjour et le rapport de séjour demandé par la Région.

La Bourse de la Ville de Clermont-Ferrand
Cette bourse n’est pas possible pour la Norvège.

La Bourse ERASMUS+ Etudes
Pour bénéficier de cette bourse, il faut que votre établissement d’accueil soit un partenaire européen. Le montant de la bourse dépend du pays dans lequel vous allez faire votre semestre.

Le versement de cette bourse se fait également en deux fois. Le premier versement correspond à 70% de la bourse. Vous recevez ce montant une fois que vous avez :
-envoyé votre contrat de mobilité,
-envoyé votre contrat pédagogique (=Learning Agreement),
-votre certificat d’arrivée,
-passé le test O.L.S (vous recevrez un mail pour vous prévenir de le passer avant de partir en mobilité).

Pour recevoir les 30% restant de la bourse, vous devez envoyé :
-votre certificat de fin de séjour,
-votre rapport de séjour final,
Il faut également faire le test O.L.S au retour (sauf si vous avez eu un niveau C2 lors du premier test).

Learning Agreement

Le contrat d’études/contrat pédagogique/Learning Agreement est un document qui sert à identifier quelles matières vous allez suivre pendant votre semestre à l’étranger. Il permet à votre enseignant référent en France et dans votre pays d’accueil de pouvoir vérifier que les cours suivis correspondent à votre formation actuelle ou à votre parcours professionnel.