Non classé

Bienvenue!

Norvège

Hei! Je m’appelle Séverine, je suis étudiante en troisième année de licence en Langues Étrangères Appliquées Anglais/Russe à l’Université Clermont Auvergne et je vais partir vivre 6 mois en Norvège, plus précisément à Halden, à partir du 30 décembre 2018.

A travers ce blog, vous allez retrouver des articles sur ma vie quotidienne norvégienne, mes voyages, mes impressions, des informations sur le pays en lui-même et des conseils pour les futurs étudiants d’échange.

J’espère que cela vous donnera envie de découvrir ce pays!

Drapeau norvégien
Non classé

Ce que ce semestre m’a apporté

Avant de partir, je ne voulais pas m’imaginer ce qu’allait être mon échange, à la fois pour ne pas être déçu et ne pas espérer des choses qui ne pourront pas se réaliser. Je n’aurais jamais pu m’imaginer (même dans les meilleurs scénarios) que mon semestre pourrait être une telle réussite. En plus d’avoir pu rencontrer des personnes incroyables, j’ai pu me trouver un peu plus et m’épanouir dans ce que je faisais.

J’ai

•  pris des risques alors que j’avais peur, j’appréhendais, mais j’ai tout de même fait ce qui me faisait peur. Et vous savez quoi ? J’étais tellement heureusement de l’avoir fait finalement ! Avant, je n’aurais jamais pris un risque, comme partir à l’aventure sans planifier tout dans le moindre détails ou sauter dans le vide dans une attraction.

confronté mes idées et opinions avec d’autres personnes, tout en gardant à l’esprit ma vision et en essayant de comprendre la leur. Puis, j’ai finalement compris que prendre le temps d’exposer mon point de vue et d’avoir en retour celui de quelqu’un n’est pas une forme de combat, mais cela permet de ressortir de la conversation plus ouvert et plus conscient du monde.

gagné confiance en moi. Partir sans repère m’a obligé à prendre sur moi, à sortir de ma zone de confort et d’affronter le monde extérieur comme il venait. Bien que je pense que ce point doit être travaillé toute une vie, je suis heureusement d’avoir pu m’en rendre compte entre la moi avant le semestre et celle d’aujourd’hui.

compris que les échecs ne voulaient pas forcément dire une mauvaise chose. Avant, une critique ou une mauvaise opinion m’aurait fait repensé tout ce en quoi je croyais. Maintenant, j’arrive à avoir du recul, comprendre pourquoi une personne peut dire/penser cela et lui demander de développer afin de m’améliorer.

Ce voyage m’a appris bien plus (les langues, l’amitié…) mais je pense que la liste serait bien trop longue si je devais tout lister. Voilà pour mon semestre en Norvège, j’espère que vous avez aimé suivre ce blog et qu’il sera utile aux futurs étudiants d’échange à Halden!

N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations!

Non classé

Repartir à sa vie française

Une page se tourne.

Mon semestre s’achève déjà. Les aurevoirs à Halden ont été très difficiles avec quelques larmes des deux côtés. Je sais pourtant que je resterais en contact avec toutes ces personnes géniales que j’ai rencontré ici. Mon stage en Angleterre m’a forcé à partir plus tôt. En effet, je pars en Angleterre (à Orpington) pour mon stage de L3 à partir de début juin, et souhaitant passer quelques moments avec ma famille et mes proches avant cet été, j’ai dû faire des sacrifices…

Il est très difficile de résumer un tel semestre, mais le bilan en lui-même est facile à faire. Cette mobilité en Norvège a été l’un des meilleurs séjours que j’ai fait. J’ai énormément apprécié le pays, ses habitants, sa culture et le système norvégien. Ces différences m’ont permis d’avoir une autre vision de mon propre pays et je sais déjà que je reviendrais en Norvège.
Pendant ce semestre, j’ai dû faire mes demandes de Master pour l’année universitaire suivante. Être loin de mon petit chez moi m’a permis de réaliser ce que je souhaitais vraiment faire, une prise de conscience. C’est en perdant tous ces repères que l’on arrive à se découvrir le mieux. Grâce à ce semestre, j’ai pu apprendre de nouvelles choses sur moi-même et gagner de la confiance.
Cependant, ce séjour n’est pas rose à tous les niveaux. Il faut bien prendre conscience que peu importe l’âge, il peut y avoir des moments plus difficiles que d’autres. Pourtant, en faisant le bilan, ce ne sont pas ces moments qui restent, ce sont les moments de joie, d’amusement et de découverte qui viennent me viennent en premier.

Le retour à ma vie française n’est pas aussi difficile que je le pensais. Sûrement car je sais que je repars bientôt pour de nouvelles aventures, mais aussi car à travers mes amis toujours à Halden, j’ai toujours un peu l’impression d’y être et de continuer à vivre mon échange!

Non classé

Direction Copenhague

Grâce à l’université et à quelques étudiants, nous avons pu faire une croisière pour Copenhague pour seulement 10€ ! On est parti vers 16h d’Oslo et nous sommes arrivé le lendemain matin vers 8h à Copenhague. C’était la première fois que je visitais cette ville, et malgré le froid et la pluie, j’ai beaucoup apprécié! Au niveau de l’architecture, elle me rappelle énormément l’Angleterre. Nous n’avons eu que quelques heures pour la visiter, donc je vous laisser admirer les photos !

Non classé

Direction Bergen

Bergen est la seconde ville la plus grande de Norvège, après Oslo. Alors avec Clémence, nous avons décidé de la visiter en mars. Je dois dire que c’est une ville magnifique et malgré ce que tous le monde m’a dit. Il a fait un très beau et entre 15°c et 20°c, parfait pour faire de la randonnée!

Non classé

L’adaptation au climat

« Il fait toujours nuit et froid ! »

La Norvège est le pays le plus long d’Europe (la distance entre le nord et le sud est plus grande que la distance entre Copenhague et Rome), alors attendez-vous à trouver beaucoup de diversité. Le nord du pays sera forcément plus froid, par exemple les températures moyennes à Tromsø (ville qui se situe au nord du cercle polaire arctique) varient entre -1°c (en février) et 15°c (en juillet). Lors de mon séjour en février, nous avons pu avoir des soirs à -20°c.
Les températures au sud du pays sont beaucoup plus clémentes, en hiver il est rare de dépasser les -15°c et la neige se fait rare après mars. Le mois d’avril 2019 a même été meilleur en Norvège qu’en France !

Concernant la nuit, il est vrai qu’à mon arrivée en Norvège (fin décembre), le soleil se levait vers 9h et se couchait à 15h30, mon adaptation à ce niveau là a été assez difficile. Quand on est habitué à passer du temps dehors, les journées de 6h30 paraissent difficiles à surmonter. Les norvégiens sont bien habitués et ils trouvent toujours des activités à l’intérieur. Les jeux de sociétés occupent une bonne partie des après-midi d’hiver en Norvège. En plus d’éviter le froid, c’est très utile pour rencontrer d’autres personnes et améliorer son anglais. Les jours se sont rallongés rapidement et au mois d’avril, la journée s’étale de 5h du matin à 21h, ce qui est particulièrement agréable avec la chaleur (entre 15°c et 20°c).
Les jours se rallongent rapidement et à partir des mois d’avril/mai, la journée s’étale de 6h du matin à 21h, ce qui est particulièrement agréable avec la chaleur (parfois entre 15°c et 20°c).

Non classé

Choses à savoir

La culture norvégienne peut sembler identique à celle que nous connaissons. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une culture totalement différente, elle a ses particularités qu’il ne faut pas oublier.

La ponctualité norvégienne

Une des premières choses qui m’a frappé en arrivant est la ponctualité des norvégiens. Afin de me rendre à Halden, j’ai dû prendre un premier train de Oslo Airport à Oslo Central, puis un train de Oslo Central à Halden. Les deux trains sont parti à l’heure (et même en avance pour l’un!).
Note: la ponctualité est très respectée et appréciée ici, les norvégiens n’aiment pas être en retard, méfiez-vous si vous ne voulez pas rater un train ou un avion.

Le norvégien

Certains prénoms norvégiens sont assez difficiles à prononcer, surtout s’ils ont  la lettre « å », par exemple Håvard, Håkon… Ils ne vous en voudront pas si vous n’arrivez pas à prononcer leur prénom, ils sont habitués avec les étudiants étrangers.

Faire ses courses

La vie coûte chère en Norvège, et l’avantage d’Halden est que la frontière suèdoise est très proche (environ 10min). Pour ma première journée en Norvège, j’ai pu aller en Suède avec d’autres français. Halden n’est qu’à 20 minutes d’un grand centre commercial suédois, j’ai donc pu en profiter pour aller faire quelques achats au Nordby Shoppingcenter. Essayez d’y aller en groupe en empruntant la voiture d’un buddy ou d’un norvégien. Cela est beaucoup plus pratique pour ramener ses courses jusqu’à la résidence que le bus. Si vous y allez en bus, il faut prendre le bus 111 (il coûte 8 € l’aller) et peut vous amenez directement à ce centre commercial.

Alcool

En Norvège comme en Suède, la vente d’alcool est très contrôlée. L’alcool  n’est pas disponible en supermarché, il n’est possible que d’acheter des cidres et des  bières faiblement alcoolisés (en dessous de 3%). En Norvège, il y a une plage d’horaire en semaine et en week-end, il est interdit de vendre de « l’alcool » dans les supermarchés après 18h.
Pour acheter du vin ou des alcools plus fort, les seuls magasins qui en vendent sont les Vinmonopolet. Ils appartiennent à l’Etat et ont le monopole sur la vente d’alcool. Il est également interdit aux jeunes de moins de 20 ans d’acheter de l’alcool. Ils sont très strict là-dessus. Ils vous demanderont systématiquement votre carte d’identité avant de faire passer votre article, à la fois au supermarché et au Vinmonopolet.

Téléphone et communication

Il n’est pas nécessaire de prendre un forfait différent en Norvège. En effet, avec certains opérateurs et forfait, vous pouvez téléphoner et avoir internet même à l’étranger. De plus, le réseau wifi est très bien implanté partout dans le pays. Dans les résidences étudiantes, vous aurez votre mot de passe pour le wifi le 1er jour de la semaine d’intégration, cela vous permet de vous connecter à partir de tous les bâtiments et à l’université. Pour ma part, je n’ai envoyé aucun SMS pendant mon semestre. La plupart des étrangers et norvégiens privilégient des applications pour communiquer, WhatsApp ou Facebook Messenger.

Santé

Pour partir en Norvège et être couvert au niveau du système de santé, vous devez faire une demande pour une Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM). Cette carte met plusieurs semaines à arriver, donc demandez là le plus tôt possible et vérifiez bien qu’elle soit valide jusqu’à la fin de votre séjour. L’université ne possède pas d’infirmier(ère) en permanence sur place (seulement le mercredi et vendredi). En cas de problème, vous devez aller directement en ville pour voir un médecin. Toutefois, si les frais sont supérieurs à 25€, gardez bien les reçus et l’université pourra vous rembourser.